E-Entraînement, E-Formation et Educ Pop 2.0

Espace de mutualisation pédagogique de formateurs du ministère des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative

Réfléchir les pratiques


Bonjour à tous,

Dans la lignée de la base de données « penser l’entraînement« , l’ENVSN a développé « réfléchir les pratiques« . Cette base de données propose des éléments de réflexion autour de la manière de concevoir  l’apprentissage en contexte.

Elle est accessible sur le net et cinq parties composent « Réfléchir les pratiques » :

  • Cadre théorique

« A chaque instant nous vivons des expériences particulières : plaisir de discuter avec des amis, désagrément d’un travail épuisant, concentration dans la pratique d’un sport en compétition…
Ces expériences résultent d’un engagement de l’acteur et donnent lieu à des ressentis plus ou moins intenses, agréables… Elles sont aussi l’occasion d’apprendre et, comme l’on dit « d’acquérir de l’expérience », surtout lorsqu’on ne se limite pas à la simple répétition des situations, et que des formations organisées accompagnent cette acquisition.
Pour éclairer théoriquement ces phénomènes, quatre entrées principales sont proposées : l’action qui concerne l’engagement ici et maintenant d’une personne, l’apprentissage qui désigne la capacité à tirer profit de l’engagement ici et maintenant pour des actions futures dans d’autres situations, le caractère individuel de l’expérience qui souligne ses dimensions singulières et personnelles, et le caractère collectif qui met l’accent sur le fait que chaque expérience, même la plus intime, est marquée socialement et culturellement. »

  • Cadre formation

« Il existe deux conceptions extrêmes de la formation : la formation théorique et la formation pratique.

« Le but de la formation théorique est de transmettre des principes généraux qui seront spécifiés en fonction des contextes d’intervention. La formation repousse le contact avec la pratique professionnelle en fin de formation et il appartient aux formés d’ajuster les connaissances abstraites acquises lors de la formation théorique pour répondre aux nécessités de l’activité professionnelle. Bien souvent cet ajustement se révèle délicat du fait de la singularité des situations professionnelles rencontrées.

La formation pratique privilégie l’acquisition de « savoir-faire d’action ». Le but est de transmettre des savoir-faire directement utilisables dans des situations professionnelles grâce à la confrontation à des situations de travail. Dans les pratiques de compagnonnage, on ne transmet pas des connaissances mais on partage du travail. Cette formation permet le développement de compétences directement exploitables mais peu transférables et évolutives.

Face aux écueils de ces deux formes de formation, la tendance est de développer des « formations en alternance » c’est-à-dire articulant des phases de mises en situation professionnelle avec des phases de réflexion et d’apports en centre de formation. Notre conception de l’alternance privilégie un travail d’analyse sur sa propre pratique professionnelle mais aussi sur celles de ses pairs comme un moyen de transformer progressivement sa façon d’appréhender, de voir et de comprendre la complexité des situations pratiques. »

  • Cadre pratique

« Des recherches sur l’intervention en éducation physique et en sport, sur la formation en interaction avec un système multimédia ou avec un conseiller pédagogique montrent que les compétences en situation des acteurs de la formation, des enseignants et des entraîneurs chevronnés ne relèvent pas seulement de l’application des lois, règles et bases de connaissance que les formations véhiculent. Ces acteurs, professionnels tirent en partie leur expertise de compétences tacites, construites sur le terrain, dans l’histoire de leur relation avec le système multimédia, le conseiller pédagogique, les élèves ou les athlètes.

L’expérience pratique est une source d’apprentissage privilégiée. Elle permet de développer des compétences professionnelles et des connaissances relatives à des situations pratiques. Lors des mises en situation de formation, d’enseignement ou d’entraînement, les acteurs mobilisent, adaptent et spécifient des connaissances acquises lors de situations antérieures et en construisent de nouvelles. Il est possible de mettre à jour cette dynamique de construction des connaissances dans l’action.
Nous vous proposons dans ce cadre pratique d’accéder aux principaux résultats de recherches menées in situ et accordant une place centrale aux significations que les acteurs donnent à leurs actions. Ces recherches s’appuyant sur les théories de l’action et de la cognition situées et pour la plupart sur le cadre théorique et méthodologique du cours d’action (Theureau, 1992) développé initialement en ergonomie du travail ont investi le domaine de la formation, de l’enseignement et de l’entraînement. »

  • Cadre méthodologique
« La description et la compréhension de l’action et de l’expérience de pratiquants ou de praticiens supposent fondamentalement un accès à leur point de vue « en première personne » au cours des situations étudiées. Cet accès au point de vue de l’acteur n’est, dans la plupart des cas, ni spontané ni immédiat. Il est aussi le plus souvent différé dans le temps. Il impose donc un minutieux travail d’enquête, auquel doivent nécessairement coopérer un observateur (chercheur) et un acteur, permettant de décrire l’engagement de ce dernier dans la situation (ses intentions, préoccupations, sentiments), ce qu’il percevait comme particulièrement significatif, les connaissances qu’il mobilisait et/ou construisait pour agir, etc. La conduite efficace d’une telle enquête suppose à la fois de connaître les différentes sources d’accès au « point de vue de l’acteur », ainsi que leurs intérêts et limites ; de maîtriser des méthodes favorisant notamment la verbalisation et l’explicitation rétrospective de l’action, et la « mise en mot » d’expériences vécues ; et de réunir des conditions éthiques et contractuelles favorables. C’est autour de ces objectifs que s’organisent les contenus du cadre méthodologique.
Le développement de compétences méthodologiques pour accéder à l’expérience de pratiquants suppose :
  • (a) de connaître les différentes sources d’accès au « point de vue de l’acteur » ;
  • (b) de connaître les différentes méthodes favorisant notamment la verbalisation et l’explicitation rétrospective de l’action ;
  • (c) de maîtriser la conduite et le guidage de l’entretien ;
  • (d) de réunir des conditions éthiques et contractuelles favorables. »
  • Analyser la pratique
« Progresser dans sa pratique professionnelle nécessite d’être en mesure de tirer des enseignements de son expérience professionnelle cumulée mais également de celles de ses pairs. Cela nécessite de se donner les moyens d’accéder au vécu et d’échanger avec autrui sur celui-ci. Cette démarche d’analyse réflexive et collaborative n’est ni spontanée, ni évidente à maîtriser. Pour être formatrice, elle doit s’appuyer sur la maîtrise des compétences à :
  • mettre en récit une expérience singulière,
  • observer et interpréter l’action d’un pair en prenant en compte son point de vue,
  • problématiser sa pratique ou celle d’un pair en s’appuyant sur des connaissances plus générales,
  • inventer des pistes de transformation de la situation en s’appuyant sur son expérience mais aussi celles des autres,
  • échanger avec des acteurs différents et partager des expériences, des interprétations, des réflexions et des solutions pratiques à partir de situations réelles.

Pour vous aider à construire une « intelligence » des situations professionnelles, nous vous proposons, dans l’espace de travail suivant, de développer ces compétences en réalisant … »

Comme « penser l’entraînement« , j’utilise certaines des ressources à disposition pour animer des cours en ligne, proposer du travail préparatoire, compléter des enseignements, etc…

Là aussi, il serait probablement intéressant de compléter et actualiser cette base de données… si vous avez des idées ! N’hésitez pas à laisser un commentaire ou à nous contacter…

Bonne visite et à bientôt

Olivier

Progresser dans sa pratique professionnelle nécessite d’être en mesure de tirer des enseignements de son expérience professionnelle cumulée mais également de celles de ses pairs. Cela nécessite de se donner les moyens d’accéder au vécu et d’échanger avec autrui sur celui-ci. Cette démarche d’analyse réflexive et collaborative n’est ni spontanée, ni évidente à maîtriser. Pour être formatrice, elle doit s’appuyer sur la maîtrise des compétences à :

  • mettre en récit une expérience singulière,
  • observer et interpréter l’action d’un pair en prenant en compte son point de vue,
  • problématiser sa pratique ou celle d’un pair en s’appuyant sur des connaissances plus générales,
  • inventer des pistes de transformation de la situation en s’appuyant sur son expérience mais aussi celles des autres,
  • échanger avec des acteurs différents et partager des expériences, des interprétations, des réflexions et des solutions pratiques à partir de situations réelles.
Pour vous aider à construire une « intelligence » des situations professionnelles, nous vous proposons, dans l’espace de travail suivant, de développer ces compétences en réalisant :
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :