Quand une solution technologique pourrait proposer un retour à la défiance du formateur dans l’acte d’attester les présences des stagiaires en formation


J’ai étais surpris quand j’ai vu poindre des applications permettant à un stagiaire en formation à distance d’émarger via une signature à la main sur son écran de smartphone.

Cette application intrinsèquement est certainement tout à fait bien conçue, mais quand la loi permet une avancée, il ne faudrait point se réfugier derrière une application qui stoppe cette avancée pédagogique, je m’explique : Il me semble que la loi sur la formation professionnelle dite « pour la liberté de choisir son avenir professionnelle » du 5 septembre 2018, avait, au sujet de la question de l’émargement des stagiaires en formation à distance, proposé une évolution majeure.

En effet, le principe de faire signer, ou émarger, les stagiaires pour chaque demie-journée en formation professionnelle en présentiel relève d’une défiance envers la responsabilité du formateur. Il est fait confiance à un professeur en collège ou lycée quand il procède à l’appel de ses élèves et qu’il notifie les absences, par contre un formateur pourrait tricher, et donc son travail consiste à faire signer inlassablement des feuilles de présence. S’il ne notifiait pas une absence ce serait effectivement une fraude pour ne pas voir son organisme coupé de la côte part du financement par stagiaire… sachant que refaire passer une feuille d’émargement le lendemain est si facile pour qui veut frauder délibérément….

Au contraire, la loi citée ci-dessus, via le décret du 28 décembre 2018, assoit le fait que c’est bien le formateur qui atteste de la présence des stagiaires, mais non pas via des signatures journalières machinale mais bien via un processus pédagogique : démonstration des travaux rendus correspondant à des évaluations jalonnant l’action de formation, une estimation du temps de travail nécessaire et une assistance technique et pédagogique.

Pour conclure suite à ce trait d’humeur, j’ai espoir qu’un dispositif équivalent sera appliqué au présentiel (il l’est d’ailleurs pour l’AFEST Action de Formation En Situation de Travail), plutôt qu’un retour en arrière vers la défiance du formateur et sa capacité à attester lui lui-même des assiduités.

Dans ce sens, je vous invite à suivre les propositions du FFFOD qui a édité un modèle d’attestation de présence à remplir par le formateur et mettant en valeur la réelle intervention en ingénierie pédagogique réalisée. http://www.fffod.org/s-informer/article/attester-la-realisation-de-l-action-de-formation-a-distance

PS : le type d’application mentionnée en début d’article pourrait par contre permettre de donner un peu plus de solennité à un examen officiel organisé en visioconférence.

Une réponse à “Quand une solution technologique pourrait proposer un retour à la défiance du formateur dans l’acte d’attester les présences des stagiaires en formation

  1. Pingback: RNSPF – Séminaire on-line – Consignes et conseils concernant les visios | RNSPF : Le Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :