Retour d’expérience sur mon premier MOOC Coacher et Accompagner.


Retour d’expérience présenté le mercredi 6 mai 2020 lors du séminaire en ligne du RNSPF, retransmission vidéo de l’intervention à la fin de cet article:

La genèse : saisir une opportunité et oser franchir le cap en « acceptant les imperfections ».

Nous formons des coaches « accompagnateurs » de performance depuis 6 ans avec à la clé un Diplôme Universitaire d’Accompagnateur de Performance (DUAP) initialement porté par l’ENVSN et co-construit entre l‘Université de Bretagne Occidentale. Ce partenariat a pris fin en juin 2019.

Nous avons poursuivi cette formation en retravaillant sur l’ingénierie pédagogique (moins d’heures que le précédent diplôme) et en créant notre propre diplôme ENSVN, l’Exécutive Master Coach et Performance (EMPC). En septembre 2019 notre direction a pris la décision d’en reporter l’ouverture, faute de candidatures solides et nombreuses.  J’ai donc proposé de réaliser un MOOC Coacher et Accompagner afin de répondre à un triple objectif :

  • Capitaliser sur notre expérience dans la formation de coaches :

En effet l’idée était, dans ce temps record et sur la base du volontariat des collègues y compris peu familiarisés avec l’usage des NTIC pour certains), de pouvoir encapsuler les contenus (éprouvés et maîtrisés depuis 6 promos) que nous ne pourrions plus faire en présentiel, en les scénarisant puis en les structurant dans un ENT sous Claroline Connect.

  • Positionner l’ENVSN sur ce domaine d’expertise que sont le coaching et l’accompagnement en utilisant les NTIC et compléter l’offre de production numérique existante :

Un double enjeu pour lequel la direction m’a donné le feu vert. Ainsi nous pourrons proposer 3 MOOC ou formations à distance dans 3  champs complémentaires : la météo, la sécurité et le coaching.

  • Capter un public plus large et donner envie à certains profils de poursuivre vers notre nouveau diplôme :

L’idée était de se faire connaître plus largement que le biais des encarts « d’Ouest France » pour espérer intéresser plusieurs participants à poursuivre à moyen terme en formation EMPC.

La création : convaincre en interne « que c’est possible » et ne rien lâcher pour aller jusqu’au bout !

Encouragée par David, Olivier et Claire, et en gagnant du temps grâce à leurs expériences respectives (Merci à vous ! pour le partage et l’échange) j’ai défendu mon projet… en essayant de le réaliser comme je «l’imaginais dans ma tête ». J’ai donc beaucoup tâtonné…. quand je bloquais je joignais ma hotline ENVSN ;-)…. pour poursuivre selon ma vision & conception.

J’ai souhaité porter une architecture pédagogique unique pour donner de la cohérence aux différents blocs qui composeraient le MOOC in fine (voir page consignes pédagogiques dans le MOOC). Référente de l’outil RapidMOOC j’ai souhaité utiliser cet outil en essayant d’explorer le champ des possibles qu’il nous ouvrait. J’ai par exemple créé des salles de cours virtuelles (voir rubrique « En résumé » dans chacun des blocs par exemple) pour varier les univers. J’ai imaginé des capsules vidéo à 100% autoproduites et couplées à chaque fois que cela était possible à une ressource.

J’ai donc présenté la scénarisation fine que j’imaginais pour chacun des blocs de contenus à mes collègues en butant un certain nombre de fois sur les représentations des uns et des autres : « non RapidMOOC ne fait pas des MOOC !  mais juste des capsules vidéo, sorte de briques (Grrrr… que ce nom est mal choisi)… « non un MOOC ce n’est pas qu’une vidéo ! » et « oui la propriété intellectuelle sera préservée… chacun étant auteur de ses contenus »… et « non ce n’est pas parce que c’est une MOOC gratuit que c’est forcément que de la com ! » Bref ! J’en passe….

Côté formateurs, et suite à plusieurs réunions dynamiques ! sur 4 initialement concernés, 3 (avec moi-même) avons choisi de tenter l’aventure.

Je leur ai proposé un accompagnement « clé en main » individualisé : de la conception de PPT à partir de leurs contenus pour certains  à la scénarisation puis à l’encapsulage sur RapidMOOC) des différentes séquences pour tous les contenus…. A leur rythme… pour qu’ils montent en confiance… voient que c’est faisable et « pas si compliqué que ça ».

Évidemment c’est très chronophage mais tellement passionnant et sûrement le prix à payer pour permettre à une idée de devenir projet et de se réaliser en 6 mois finalement : d’octobre à mars 2020.

Nous sommes donc partis sur un MOOC composé de 3 blocs : 1 bloc par formateur.

Je me suis chargée de tout le reste : montages post-prod, création et structuration de l’ENT, des questionnaires d’auto-évaluation et d’évaluation du MOOC, outils de com, veille technique et sur les forums, gestions des inscriptions… et j’en oublie forcément.

Pour faire aboutir ce projet nous avons dû répondre à plusieurs questions et prendre des options (pas toujours faciles à prendre d’ailleurs !). Certaines décisions ont été choisies par rapport aux expériences antérieures, d’autres subies (contraintes temporelles ou de disponibilité) :

  • payant / pas payant : nous avons opté pour MOOC non payant avec dons possibles ;       MOOC = pas d’accompagnement / même contenu en FOAD = accompagnement individuel et collectif avec retours, corrigés,…
  • estimation du temps réel de travail demandé : nous sommes partis sur 14h en 3 semaines
  • 1 bloc ouvert par semaine ou tout ouvert d’un coup : nous avons finalement tout ouvert initialement sur 1 mois (semaine en plus pour les retardataires)
  • ouverture continue ou sur 4 à 5 semaines : initialement sur 1 mois mais avec la crise covid 19 ouverture prolongée pendant le confinement.
  • vidéos sur ENT ou sur YouTube : sur l’ENT
  • badges ou pas ? : j’aurai aimé mais pas possible pour les 3 blocs en l’état des productions et manque de disponibilité et de temps

Mes premières impressions à chaud.

Tellement heureuse  de l’avoir fait ! d’être allée au bout, d’avoir réussi à accepter que «  c’est perfectible » et enfin d’avoir osé rendre publique notre expérience.

C’est à la fois passionnant et cela ouvre tellement de perspectives ! Mais c’est aussi flippant quand on ouvre les droits le jour J… peur des bugs !! Finalement avec beaucoup de vérifications en amont… et de réactivité en cours… ça l’a fait J !

Plusieurs choses ont donc fonctionné :

  • Plus de 35 capsules vidéo ont été scénarisées, créées et montées, pour un total de quasiment 5h de vidéo
  • 3 parcours : 1 par bloc avec chacun une auto-évaluation (quiz) et une évaluation du bloc (Google forms)
  • J’ai réalisé des dessins en FG pour dynamiser la communication institutionnelle et les semaines du MOOC
  • 1 forum général scindé en 3 parties, 1 par bloc
  • 192 inscrit.e.s
  • Inscriptions publiques autonomes via communication institutionnelle sur site ENVSN + réseaux sociaux

 Ce que j’ai appris :

  • C’est faisable en 6 mois avec un accompagnement individuel « clé en main » forcément chronophage.
  • Le naturel revient assez vite avec RapidMOOC quand on encapsule ses interventions.
  • On progresse de ses erreurs.
  • L’importance d’avoir des béta testeurs.
  • La scénarisation est encore plus fine à avoir qu’en présentiel.

Ce qui est à améliorer :

  • L’évaluation car peu de réponse in fine. La coupler avec l’obtention de badge pour inciter à répondre !
  • Associer des badges à chacun des parcours voire 1 badge « en or » ou une attestation de participation ou réussite… J’aurai voulu mais je ne savais pas faire et le délai était trop proche de l’ouverture du MOOC.
  • Comment sur un contenu gratuit (et la pression de la direction dans ce sens) créer du lien avec les participant.e.s. pour dynamiser le MOOC, faire des feedback sans que cela soit trop chronophage (pour plus impliquer les formateurs aussi). 

Et la suite ?

  • Crise COVID 19 : nous avons décidé d’ouvrir en continu pendant tout le confinement nos MOOC
  • Dans le cadre du PCP le MOOC a servi dans les formations BP Surf et Kite (animation de la ressource + visio de préparation en amont avec le coordo et visio de débriefing avec les stagiaires en fin de semaine)
  • Compléter avec d’autres blocs plutôt payants en FOAD.
  • Comment envisager le MOOC comme une ressource et ne pas être limité par un parcours ?
  • Comment envisager une mutualisation à l’échelle du réseau (question de Sylvain  du CREPS de Toulouse) ? Une réutilisation en expertise ou en accompagnement ? dans la Formation tuteurs ?…
  • Résoudre les problématiques RGPD (pour diffuser notre offre de formation EMCP)
  • Utiliser les badges, collecticiel, et OBS (j’y suis en plein ! j’ai re-visionné l’atelier technico- péda animé par OLR lors de webinaire… ça progresse !).

En savoir plus sur le MOOC  c’est par ici :  https://www.envsn.sports.gouv.fr/46-formations/659-coaching

Pour voir le support de mon intervention c’est ici :

REX Céline Delhaye Joviado ENVSN webinaire 6 mai 2020 RNSPF

Pour visionner la présentation vidéo c’est par là :

 

Je peux me rendre disponible pour échanger et prolonger la réflexion si vous le souhaitez ! Laissez-moi un commentaire. Merci et à bientôt.

 

2 réponses à “Retour d’expérience sur mon premier MOOC Coacher et Accompagner.

  1. Pingback: Les retransmissions vidéo du séminaire RNSPF en ligne, 5-7 mai 2020 | RNSPF : Le Blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :